« Compte tenu de l’expansion de cette forme d’organisation du travail, il est dans l'intérêt des employeurs et des employés de disposer rapidement d'un cadre de la pratique du télétravail. »

Une convention de télétravail pour encadrer une pratique en plein essor

Simples, prêtes à l'emploi, modulables et basées sur une adhésion volontaire: les organisations économiques de Suisse romande ont énoncé des recommandations pour le télétravail qui a connu un essor fulgurant en raison de la pandémie de coronavirus. La Convention proposée est un modèle, adaptable en fonction des spécificités des entreprises. Elle est le fruit d'une collaboration entre les services juridiques des Chambres de commerce et d'industrie latines (CLCI), de l’UAPG par le biais de la FER Genève, du GEM et de la Convention patronale de l’industrie horlogère suisse (CP), sous la coordination de l'Antenne romande de l'Union patronale suisse.

La pratique du télétravail a subi ce printemps un puissant coup d'accélérateur lors de la crise du Covid-19. En Suisse, près d'une personne active sur deux a fait l'expérience du travail à distance pendant le semi-confinement, selon les données de l'Office fédéral de la statistique. Les enquêtes menées auprès des entreprises montrent que la pratique va s'installer durablement dans un nombre grandissant d'entreprises. Cette tendance répond d’ailleurs visiblement au souhait des employés, puisqu'une enquête du cabinet Deloitte a fait ressortir que la majorité des salariés souhaitent continuer de travailler à domicile, même une fois la crise terminée.

Sur les plans juridique et pratique, l'essor du télétravail soulève toutefois de nombreuses questions, qu'elles soient d'ordre réglementaire (horaires, pauses, repos, frais professionnels, santé au travail, entre autres), en matière d’assurances sociales ou de fiscalité (question des frontaliers) ou de sécurité informatique et de confidentialité.

Compte tenu de l’expansion de cette forme d’organisation du travail, il est dans l'intérêt des employeurs et des employés de disposer rapidement d'un cadre de la pratique du télétravail. C’est pourquoi les organisations économiques romandes, soit l'ensemble des Chambres latines de commerce et d'industrie (CLCI, qui incluent les Chambres de commerce du Tessin, Berne, Jura, Vaud, Fribourg, Neuchâtel, Valais et Genève), l’Union des associations patronales genevoises (UAPG), le Groupement des entreprises multinationales (GEM) et la Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) ont élaboré, de concert avec l'Antenne romande de l'Union patronale suisse (UPS), une «Convention de télétravail», qui est mise à disposition de leurs dizaines de milliers d'entreprises membres.

Etablie en étroite collaboration entre les services juridiques de ces organisations, la «Convention de télétravail» répond à un besoin urgent formulé par de très nombreuses entreprises. Elle a pour objectif principal de faciliter la mise en oeuvre du télétravail. Conçue comme une solution «clé en main», elle peut convenir à tout type d'entreprise, quels que soient son secteur d'activité ou sa taille. Cette Convention est en outre proposée comme un modèle, adaptable en fonction des spécificités des entreprises, et basée sur le principe d'une adhésion volontaire, tant de la part de l'employé que de l'employeur.

La «Convention de télétravail» est complétée de «Notes explicatives», qui répondent aux principales questions juridiques soulevées par le télétravail. Les entreprises membres des organisations économiques associées à l'élaboration de ce document peuvent en faire la demande auprès d'elles.

360 nouveaux apprenti(e)s en 2020

En savoir plus
haut

Ce site utilise des cookies afin d'assurer son bon fonctionnement. En continuant votre navigation vous consentez à notre politique des données.

Dernière mise à jour: 13.03.2019

Contexte général

La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) porte une attention toute particulière à la protection des données afin de respecter la sphère privée. C'est dans ce but que la Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) s'engage à respecter la loi fédérale sur la protection des données ainsi que le règlement général européen sur la protection des données (RGPD UE).

Comment collectez-vous mes données ?

Lors de la navigation sur notre site nous récoltons diverses informations. Ces dernières ne sont accessibles que par le service technique qui est soumis au secret professionnel. Ces données permettent d'assurer la sécurité ainsi que le bon fonctionnement de notre site.

Voici les domaines dans lesquels vos données sont utilisées :

  • Données d'identification personnelle: nom d'utilisateur
  • Données de connexion au site : données relatives à votre navigateur (adresse ip, nom du navigateur, ...).
  • Données d'analyse: permet d'analyser la fréquentation et les habitudes des visiteurs du site.
  • Données provenant des formulaires présents sur note site.
  • Données reçues dans les courriers physiques ou numériques que vous nous envoyez.

Où stockez-vous mes données ?

Vos données sont stockées sur des serveurs suisses sécurisés. Ils sont munis des dernières technologies matérielles et bénéficient des meilleures protections.

Que faisons-nous des données collectées ?

La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) s'engage à ne pas vendre les données collectées à des sociétés tierces. Vos données sont protégées et uniquement utilisées dans le cadre de votre relation avec La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP).

Cookies

Il s'agit de petits fichiers stockés dans votre navigateur pendant une durée définie. Ils permettent de conserver vos données de navigation, comme par exemple le choix de la langue. Sur ce site, ils sont destinés à des fins statistiques. Aucune donnée personnelle de quelques natures que ce soit n'est vendue ou donnée à des personnes morales ou physiques. Ces données ne servent qu'à l'analyse du trafic de notre site ainsi qu'à l'analyse de la sécurité et du bon fonctionnement de ce dernier.

Quels sont mes droits concernant mes données ?

Vous pouvez à tout moment demander la suppression totale de toutes les données vous concernant (art. 17 RGPD). Il s'agit du "droit à l'oubli".

Vous pouvez à tout moment demander une "copie" des données vous concernant (art. 20 RGPD). Il s'agit du droit à la "portabilité des données".

Vous pouvez retrouver la liste des lois en consultant la loi fédérale sur la protection des données.

Pour toute demande, merci de nous envoyer un courriel à l'adresse suivante info@cpih.ch. Nous nous engageons à la traiter au plus vite, dans un délai maximum d'un mois. Afin de pouvoir accéder à votre requête, nous vous demanderons une preuve de votre identité, ceci ce pour des raisons évidentes de confidentialité et d'identification de la personne.

Qui est le responsable des données ?

Au sens de la réglementation applicable, la Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) est responsable du traitement de vos données.

Qui puis-je contacter ?

Pour toutes questions ou demandes concernant cette politique merci de contacter info@cpih.ch; nous nous ferons un plaisir de vous répondre au plus vite.

Que recherchez-vous ?