Convention collective de travail

La Convention collective de travail (CCT) des industries horlogère et microtechnique suisses est un texte moderne issu d’un compromis équilibré entre avancées sociales et maintien de la compétitivité des entreprises. Sa dernière version est entrée en vigueur le 1er janvier 2017. 

Par rapport à une loi, les CCT confèrent une grande souplesse aux relations sociales et permettent de tenir compte des spécificités d'un secteur économique.

C'est un consensus social générateur de prospérité. La paix sociale qui en découle contribue largement à la situation relativement privilégiée de notre pays.

Téléchargement

Principes

  • syndicats et employeurs renoncent à l'usage de la force pour régler leurs conflits, les premiers en s'abstenant de faire grève, les seconds en s'abstenant de fermer temporairement leurs usines (lock-out)
  • syndicats ou employeurs s'engagent à résoudre leurs problèmes ou leurs conflits par la négociation
  • ces négociations se déroulent sous le principe de la bonne foi
  • en cas de blocage de négociations, un arbitre désigné en commun par syndicats et employeurs tranche ce litige. Il s'agit du tribunal arbitral.

Historique

Le 15 mai 1937, la Fédération suisse des ouvriers sur métaux et horlogers (FOMH) signait avec 19 associations patronales de l'industrie horlogère la première Convention collective de travail du pays.

Pour la première fois à l'échelle d'un pays, organisations patronales et syndicats ouvriers d'un secteur industriel décidaient de renoncer durablement aux épreuves de force, et de régler leurs rapports, de résoudre leurs conflits, par la négociation et l'arbitrage.

La conclusion de la convention de 1937 est l'aboutissement de la grève qui avait éclaté durant le mois de mars dans une importante fabrique biennoise de cadrans métal, suite à un conflit de salaire.

Le modèle horloger s'est rapidement étendu à l'ensemble de l'économie helvétique, à commencer, en juillet 1937, par l'industrie des machines.

La paix du travail n'est jamais acquise. Elle est le fruit d'un travail de longue haleine, de relations suivies entre les partenaires sociaux qui permettent de transformer la confrontation en dialogue. C'est un équilibre fragile qui repose sur un effort continu et qui nécessite une forte représentativité des employeurs dans les conventions collectives de travail.

haut

Ce site utilise des cookies afin d'assurer son bon fonctionnement. En continuant votre navigation vous consentez à notre politique des données.

Dernière mise à jour: 13.03.2019

Contexte général

La Convention Patronale de l'industrie horlogère porte une attention toute particulière à la protection des données afin de respecter la sphère privée. C'est dans ce but que La Convention Patronale de l'industrie horlogère s'engage à respecter la loi fédérale sur la protection des données ainsi que le règlement général européen sur la protection des données (RGPD UE).

Comment collectez-vous mes données ?

Lors de la navigation sur notre site nous récoltons diverses informations. Ces dernières ne sont accessibles que par le service technique qui est soumis au secret professionnel. Ces données permettent d'assurer la sécurité ainsi que le bon fonctionnement de notre site.

Voici les domaines dans lesquels vos données sont utilisées :

  • Données d'identification personnelle: nom d'utilisateur
  • Données de connexion au site : données relatives à votre navigateur (adresse ip, nom du navigateur, ...).
  • Données d'analyse: permet d'analyser la fréquentation et les habitudes des visiteurs du site.
  • Données provenant des formulaires présents sur note site.
  • Données reçues dans les courriers physiques ou numériques que vous nous envoyez.

Où stockez-vous mes données ?

Vos données sont stockées sur des serveurs suisses sécurisés. Ils sont munis des dernières technologies matérielles et bénéficient des meilleures protections.

Que faisons-nous des données collectées ?

La Convention Patronale de l'industrie horlogère s'engage à ne pas vendre les données collectées à des sociétés tierces. Vos données sont protégées et uniquement utilisées dans le cadre de votre relation avec La Convention Patronale de l'industrie horlogère.

Cookies

Il s'agit de petits fichiers stockés dans votre navigateur pendant une durée définie. Ils permettent de conserver vos données de navigation, comme par exemple le choix de la langue. Sur ce site, ils sont destinés à des fins statistiques. Aucune donnée personnelle de quelques natures que ce soit n'est vendue ou donnée à des personnes morales ou physiques. Ces données ne servent qu'à l'analyse du trafic de notre site ainsi qu'à l'analyse de la sécurité et du bon fonctionnement de ce dernier.

Quels sont mes droits concernant mes données ?

Vous pouvez à tout moment demander la suppression totale de toutes les données vous concernant (art. 17 RGPD). Il s'agit du "droit à l'oubli".

Vous pouvez à tout moment demander une "copie" des données vous concernant (art. 20 RGPD). Il s'agit du droit à la "portabilité des données".

Vous pouvez retrouver la liste des lois en consultant la loi fédérale sur la protection des données.

Pour toute demande, merci de nous envoyer un courriel à l'adresse suivante info@cpih.ch. Nous nous engageons à la traiter au plus vite, dans un délai maximum d'un mois. Afin de pouvoir accéder à votre requête, nous vous demanderons une preuve de votre identité, ceci ce pour des raisons évidentes de confidentialité et d'identification de la personne.

Qui est le responsable des données ?

Au sens de la réglementation applicable, La Convention Patronale de l'industrie horlogère est responsable du traitement de vos données.

Qui puis-je contacter ?

Pour toutes questions ou demandes concernant cette politique merci de contacter info@cpih.ch ; nous nous ferons un plaisir de vous répondre au plus vite.

Que recherchez-vous ?