« Trois associations professionnelles s’engagent afin d’augmenter le nombre de places d’apprentissage dans le domaine technique »

Neuchâtel : Nouvelles mesures pour renforcer la formation professionnelle

Le Conseil d’État souhaite renforcer l’apprentissage en mode dual dans les métiers techniques. Il se réjouit de pouvoir compter sur la collaboration de trois associations professionnelles du domaine technique qui ont mis en commun leurs forces pour développer le marché des places d’apprentissage. De plus, le Conseil d’État propose un nouveau modèle de formation professionnelle, dès la prochaine rentrée scolaire: le partenariat flexible. Avec ce dispositif, il entend poursuivre son objectif de création de places d’apprentissage tout en pérennisant le savoir-faire neuchâtelois en matière de formation, cela tout en tenant compte de la crise liée à la Covid-19.


En 2019, 74% des contrats neuchâtelois de formation professionnelle initiale s’effectuait en mode dual (en entreprise et en école). Afin d’atteindre la moyenne suisse qui s’élève à 85%, le Canton s’est doté d’une loi spécifique entrée en vigueur le 1er janvier 2020 : la loi instituant un Fonds d’encouragement à la formation professionnelle initiale en mode dual (LFFD), dite « loi sur le contrat-formation ». Ainsi, toute entreprise neuchâteloise formant un-e apprenti-e bénéficie d’un soutien financier. Le Fonds est alimenté par un prélèvement chez tous les employeurs neuchâtelois à hauteur de 0,58% de la masse salariale de leur entreprise, effectué directement par les caisses de compensation auxquelles sont affiliés les employeurs.


Trois associations professionnelles s’engagent pour un démarchage commun
Afin d’augmenter le nombre de places d’apprentissage dans le domaine technique, trois importantes associations professionnelles ont décidé de mettre leurs forces en commun. La Convention patronale de l’industrie horlogère suisse (CPIH), l’Association neuchâteloise pour la valorisation du savoir-faire mécanique (COMEC) et l’Association de l’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (SWISSMEM) prospecteront en commun auprès des entreprises actives dans les métiers techniques.

Dès l’automne prochain, un poste de démarcheur-se sera créé. Il sera financé par deux fonds oeuvrant à la promotion de l’apprentissage en mode dual : le Fonds pour la formation et le perfectionnement professionnels (FFPP) et le Fonds pour l’encouragement à la formation professionnelle initiale en mode dual (FFD).

Le partenariat flexible, un nouveau modèle d’apprentissage
Afin de soutenir les nouvelles entreprises formatrices dans la voie de l’apprentissage mais également de pérenniser un savoir-faire si spécifique et important pour le tissu industriel neuchâtelois, le Conseil d’État a développé un nouveau modèle d’apprentissage : le partenariat flexible. Ce modèle, mis en oeuvre dès la prochaine rentrée scolaire, propose une formation professionnelle en deux étapes. Lors de la première partie de l’apprentissage, l’entreprise est soutenue dans son rôle de formatrice et peut déléguer une partie importante de la formation pratique auprès du Pôle Technologies et Industrie du futur Centre professionnel neuchâtelois (PTI-CPNE). En revanche, la seconde partie de l’apprentissage s’effectuera entièrement pour la pratique professionnelle au sein de l’entreprise formatrice signataire du contrat avec l’apprenti-e.

Le partenariat flexible concerne les métiers suivants : automaticien-ne CFC, micromécanicien-ne CFC, informaticicien-ne CFC, qualiticien-ne en microtechnique CFC, horloger-ère CFC, électronicien-ne CFC, avec ou sans maturité professionnelle.

Le coût annuel de la formation pour l’entreprise sera de 12'000 francs. Avec la mesure « contrat-formation », cette dernière recevra une subvention annuelle pour les métiers concernés par le partenariat flexible allant de 5'000 à 6'000 francs par apprenti-e. Une subvention supplémentaire de 1300.- est accordée si l’apprenti-e effectue une maturité professionnelle.

Maximiser les chances des jeunes d’entrer sur le marché du travail
Le Conseil d’État est convaincu que ces démarches parallèles permettent de poursuivre les objectifs de dualisation de la formation professionnelle initiale dans le domaine technique tout en tenant compte des difficultés liées à une telle mutation du dispositif de formation pour les entreprises et cela particulièrement en tenant compte de la crise liée à la COVID-19. Le Conseil d’État désire conduire ce changement avec le souci constant de répondre aux besoins des entreprises neuchâteloises et celui de maximiser les chances des jeunes d’entrer sur le marché du travail.

En ce sens, la prime de 2000 francs octroyée aux entreprises qui engagent un-e apprenti-e de première année cette année scolaire prochaine appuie encore cette volonté politique. De plus, le Conseil d’État se réjouit vivement que SWISSMEM, la COMEC et la CPIH unissent leurs forces, ce qui permettra de renforcer les actions qu’il développe depuis plusieurs années en faveur de la promotion de l’apprentissage en mode dual.

Vacances horlogères 2021

En savoir plus
haut

Ce site utilise des cookies afin d'assurer son bon fonctionnement. En continuant votre navigation vous consentez à notre politique des données.

Dernière mise à jour: 13.03.2019

Contexte général

La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) porte une attention toute particulière à la protection des données afin de respecter la sphère privée. C'est dans ce but que la Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) s'engage à respecter la loi fédérale sur la protection des données ainsi que le règlement général européen sur la protection des données (RGPD UE).

Comment collectez-vous mes données ?

Lors de la navigation sur notre site nous récoltons diverses informations. Ces dernières ne sont accessibles que par le service technique qui est soumis au secret professionnel. Ces données permettent d'assurer la sécurité ainsi que le bon fonctionnement de notre site.

Voici les domaines dans lesquels vos données sont utilisées :

  • Données d'identification personnelle: nom d'utilisateur
  • Données de connexion au site : données relatives à votre navigateur (adresse ip, nom du navigateur, ...).
  • Données d'analyse: permet d'analyser la fréquentation et les habitudes des visiteurs du site.
  • Données provenant des formulaires présents sur note site.
  • Données reçues dans les courriers physiques ou numériques que vous nous envoyez.

Où stockez-vous mes données ?

Vos données sont stockées sur des serveurs suisses sécurisés. Ils sont munis des dernières technologies matérielles et bénéficient des meilleures protections.

Que faisons-nous des données collectées ?

La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) s'engage à ne pas vendre les données collectées à des sociétés tierces. Vos données sont protégées et uniquement utilisées dans le cadre de votre relation avec La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP).

Cookies

Il s'agit de petits fichiers stockés dans votre navigateur pendant une durée définie. Ils permettent de conserver vos données de navigation, comme par exemple le choix de la langue. Sur ce site, ils sont destinés à des fins statistiques. Aucune donnée personnelle de quelques natures que ce soit n'est vendue ou donnée à des personnes morales ou physiques. Ces données ne servent qu'à l'analyse du trafic de notre site ainsi qu'à l'analyse de la sécurité et du bon fonctionnement de ce dernier.

Quels sont mes droits concernant mes données ?

Vous pouvez à tout moment demander la suppression totale de toutes les données vous concernant (art. 17 RGPD). Il s'agit du "droit à l'oubli".

Vous pouvez à tout moment demander une "copie" des données vous concernant (art. 20 RGPD). Il s'agit du droit à la "portabilité des données".

Vous pouvez retrouver la liste des lois en consultant la loi fédérale sur la protection des données.

Pour toute demande, merci de nous envoyer un courriel à l'adresse suivante info@cpih.ch. Nous nous engageons à la traiter au plus vite, dans un délai maximum d'un mois. Afin de pouvoir accéder à votre requête, nous vous demanderons une preuve de votre identité, ceci ce pour des raisons évidentes de confidentialité et d'identification de la personne.

Qui est le responsable des données ?

Au sens de la réglementation applicable, la Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) est responsable du traitement de vos données.

Qui puis-je contacter ?

Pour toutes questions ou demandes concernant cette politique merci de contacter info@cpih.ch; nous nous ferons un plaisir de vous répondre au plus vite.

Que recherchez-vous ?