« Economiquement, l’initiative fera plus de mal que de bien dans les pays qui ont le plus besoin d’entreprises, d’investissements et d’emplois.  »

Initiative «Entreprises responsables»

La Convention patronale de l’industrie horlogère suisse se joint à la Fédération horlogère suisse et recommande de rejeter l’initiative pour faire place au contre-projet.

Fédération horlogère suisse, Jean-Daniel Pasche.

Les entreprises suisses doivent-elles, dans leurs activités à l’étranger, respecter les droits humains et l’environnement? Bien sûr! Personne ne conteste la préoccupation centrale de l’initiative «Entreprises responsables». Toutefois, le Parlement rejette ce texte qu’il juge économiquement risqué et lui oppose un contre-projet exigeant.

L’initiative exige deux choses: d’abord, les sociétés doivent examiner toute leur chaîne d’approvisionnement et faire en sorte que les firmes sur lesquelles elles exercent un «pouvoir économique» - cela va au-delà du contrôle juridique - respectent les droits humains et les standards environnementaux. C’est la diligence raisonnable. Il s’agit d’étudier les risques, de prendre des mesures pour les éviter et de publier un rapport. La surveillance doit porter non seulement sur les filiales, mais sur toutes les relations commerciales, fournisseurs et sous-traitants inclus. C’est un défi en soi.

Le second instrument est beaucoup plus problématique. L’entreprise suisse peut être tenue pour responsable au plan civil des problèmes qui se produisent dans sa chaîne d’approvisionnement. Ainsi, avec l’initiative, une entreprise devrait dédommager des plaignants pour des actes commis, à l’étranger, par des fournisseurs ou sous-traitants. Elle serait donc punie pour des fautes de tiers et ne pourrait se libérer d’une plainte qu’en démontrant que rien ne lui avait échappé dans l’analyse de ses relations économiques. Le fardeau de la preuve serait ainsi inversé.

Illustrons le mécanisme: une entreprise horlogère suisse achète une partie de la matière dont elle a besoin auprès d’un fournisseur étranger. Elle exerce ainsi un pouvoir économique sur le fournisseur. L’initiative lui impose donc de contrôler tous les risques que ce dernier peut occasionner. S’il pollue une rivière dans son pays en y déversant une substance toxique, l'entreprise horlogère suisse peut être traînée devant les tribunaux suisses pour payer les dégâts. C'est ce que prévoit l’initiative, qui serait donc une véritable épée de Damoclès au-dessus des entreprises suisses. Aucun pays ne connaît un tel mécanisme de responsabilité civile avec inversion du fardeau de la preuve.

Des problèmes sociaux, politiques et économiques

Outre les problèmes juridiques, l’initiative pose d’autres problèmes. Tout d’abord, elle est teintée d’une vision néocolonialiste du monde selon laquelle les autres pays ne sont pas capables de s’administrer eux-mêmes. Ce serait donc à la Suisse de leur imposer, au travers de ses entreprises, des règles de comportement. Cela paraît bien prétentieux, même lorsque l’on sait que les institutions dysfonctionnent dans certains Etats.

L’initiative fait aussi de fausses promesses, alors qu’elles seront inapplicables dans bien des cas, puisqu’il appartiendrait aux tribunaux suisses de trancher sur des faits survenus à l’étranger, à des milliers de kilomètres. Comment instruiront-ils de telles affaires? Quelle sera la réaction des Etats concernés face aux demandes d’entraide judiciaire qui apparaîtront en outre comme une forme d’ingérence?

Economiquement, l’initiative fera plus de mal que de bien dans les pays qui ont le plus besoin d’entreprises, d’investissements et d’emplois. On ne peut en effet exclure que des firmes suisses doivent renoncer à travailler dans certains d’entre eux si les risques sont trop grands. Des concurrents, probablement moins scrupuleux, les remplaceront. Est-ce que ce sera à l’avantage des populations et travailleurs locaux?

Des relations économiques - ou des lettres d’avocats

Même sur le plan moral, l’initiative n’est pas la bonne réponse aux problèmes dénoncés. En provoquant la judiciarisation des relations économiques, elle ruinera les efforts de collaboration. Les efforts constructifs engagés avec des ONG locales ou avec les autorités ne serviront à rien car ils n’apporteront pas la sécurité juridique contre le dépôt d’une plainte et d'un tapage médiatique.

Toute entreprise souhaitant se préserver de ces nouveaux risques tendra - et c’est compréhensible - à les reporter sur d’autres acteurs de la chaîne. Une pression importante sera ainsi exercée sur des fournisseurs ou sous-traitants, en Suisse aussi bien entendu.

Enfin, il ne faut pas sous-estimer le risque d’une utilisation abusive du droit de plainte. Les entreprises suisses seront toujours suspectes et leur réputation en permanence menacée. Des bureaux d’avocats n’hésiteront pas à lancer des plaintes ou un chantage au procès. Il n’est pas souhaitable que notre pays ouvre ainsi la porte à une américanisation de son système judiciaire.

Un contre-projet qui fait de la Suisse un état modèle

La réponse du Parlement est substantielle. Les entreprises devront, d’une part, faire la transparence sur les questions environnementales (notamment les objectifs en matière de CO2), sociales, les droits humains et la lutte contre la corruption. S’ajouteront, d’autre part, deux devoirs de diligence sur le travail des enfants et les minerais provenant de zones de conflits (l’or notamment). Les attentes sont élevées: les entreprises devront examiner tous les risques et assurer la traçabilité de leur chaîne d’approvisionnement. Leurs rapports seront rendus publics et devront être mis à disposition pendant dix ans. Un contrôleur indépendant les examinera. Des amendes jusqu’à 100'000 francs pourront frapper les fausses déclarations.

Avec ce contre-projet, les entreprises suisses seront confrontées à un cadre exigeant, comparable à ce qui se fait dans les pays les plus avancés. C’est dans ce cadre «harmonisé» qu’elles pourront démontrer, une fois de plus, qu’elles sont exemplaires. En rejetant l’initiative, on évitera ainsi de causer des problèmes aux 99,9% des entreprises suisses qui se comportent bien, et l’on mettra fin à plusieurs années d’accusations, parfois gratuites, qui ternissent la réputation de toute notre économie. Le contre-projet entrera automatiquement en vigueur si l’initiative est rejetée.

360 nouveaux apprenti(e)s en 2020

En savoir plus
haut

Ce site utilise des cookies afin d'assurer son bon fonctionnement. En continuant votre navigation vous consentez à notre politique des données.

Dernière mise à jour: 13.03.2019

Contexte général

La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) porte une attention toute particulière à la protection des données afin de respecter la sphère privée. C'est dans ce but que la Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) s'engage à respecter la loi fédérale sur la protection des données ainsi que le règlement général européen sur la protection des données (RGPD UE).

Comment collectez-vous mes données ?

Lors de la navigation sur notre site nous récoltons diverses informations. Ces dernières ne sont accessibles que par le service technique qui est soumis au secret professionnel. Ces données permettent d'assurer la sécurité ainsi que le bon fonctionnement de notre site.

Voici les domaines dans lesquels vos données sont utilisées :

  • Données d'identification personnelle: nom d'utilisateur
  • Données de connexion au site : données relatives à votre navigateur (adresse ip, nom du navigateur, ...).
  • Données d'analyse: permet d'analyser la fréquentation et les habitudes des visiteurs du site.
  • Données provenant des formulaires présents sur note site.
  • Données reçues dans les courriers physiques ou numériques que vous nous envoyez.

Où stockez-vous mes données ?

Vos données sont stockées sur des serveurs suisses sécurisés. Ils sont munis des dernières technologies matérielles et bénéficient des meilleures protections.

Que faisons-nous des données collectées ?

La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) s'engage à ne pas vendre les données collectées à des sociétés tierces. Vos données sont protégées et uniquement utilisées dans le cadre de votre relation avec La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP).

Cookies

Il s'agit de petits fichiers stockés dans votre navigateur pendant une durée définie. Ils permettent de conserver vos données de navigation, comme par exemple le choix de la langue. Sur ce site, ils sont destinés à des fins statistiques. Aucune donnée personnelle de quelques natures que ce soit n'est vendue ou donnée à des personnes morales ou physiques. Ces données ne servent qu'à l'analyse du trafic de notre site ainsi qu'à l'analyse de la sécurité et du bon fonctionnement de ce dernier.

Quels sont mes droits concernant mes données ?

Vous pouvez à tout moment demander la suppression totale de toutes les données vous concernant (art. 17 RGPD). Il s'agit du "droit à l'oubli".

Vous pouvez à tout moment demander une "copie" des données vous concernant (art. 20 RGPD). Il s'agit du droit à la "portabilité des données".

Vous pouvez retrouver la liste des lois en consultant la loi fédérale sur la protection des données.

Pour toute demande, merci de nous envoyer un courriel à l'adresse suivante info@cpih.ch. Nous nous engageons à la traiter au plus vite, dans un délai maximum d'un mois. Afin de pouvoir accéder à votre requête, nous vous demanderons une preuve de votre identité, ceci ce pour des raisons évidentes de confidentialité et d'identification de la personne.

Qui est le responsable des données ?

Au sens de la réglementation applicable, la Convention patronale de l'industrie horlogère suisse (CP) est responsable du traitement de vos données.

Qui puis-je contacter ?

Pour toutes questions ou demandes concernant cette politique merci de contacter info@cpih.ch; nous nous ferons un plaisir de vous répondre au plus vite.

Que recherchez-vous ?